Pédaler en toute sécurité

2 août 2017 0h00 · Sport Campus

L’an dernier, 8 cyclistes ont perdu la vie sur les routes québécoises et 96 d’entre eux ont été gravement blessés lors d’accidents. Le vélo gagne en popularité au Québec, mais pour éviter qu’un trajet à vélo ne se termine à l’hôpital, la sécurité doit demeurer une priorité pour tous les cyclistes cohabitant avec les voitures et les camions.

«Normalement c’est le gros qui devrait protéger le petit mais, actuellement, c’est le petit qui doit apprendre à se protéger seul», résume Paul-Antoine Gauvreau, du magasin Cycles Campus. Cette boutique, située le long de la rue Wellington à Verdun, est entièrement dédiée à la vente, la réparation et l’entretien des vélos.

Paul-Antoine, lui-même cycliste, regrette que les conducteurs de voitures ne fassent pas davantage attention aux vélos: «Lorsqu’il y a un accident, les automobilistes disent souvent « Je n’avais pas vu le cycliste ». Mais souvent, ils n’ont même pas regardé!»

«Même si l’on part faire juste une balade en bicyclette, il faut demeurer à l’affût de tout ce qui se passe et avoir trois ou quatre coups d’avance sur les gestes que vont effectuer les automobilistes; par exemple, ils ne mettent pas forcément leurs clignotants», ajoute Paul-Antoine. Attention aussi à ne pas coller des camions. Le mieux est de se tenir loin derrière eux ou de se mettre devant afin de rester bien visible.

«Une piste cyclable n’est pas un circuit de F1!»

Côté équipement, un vélo doit être obligatoirement muni de réflecteurs à l’avant et à l’arrière ainsi que sur les deux roues et sur les pédales. La nuit, le Code de la sécurité routière exige que les cyclistes circulent avec un phare blanc à l’avant et un feu rouge à l’arrière.

Le port du casque n’est pas obligatoire, mais il est fortement recommandé. Pour choisir son casque, il vaut mieux se laisser guider par le confort plutôt que par des considérations techniques. «Le meilleur casque est avant tout celui qu’on va porter plutôt que de le laisser à la maison», affirme Paul-Antoine.

Enfin, il faut noter que les accidents ne sont pas toujours le résultat d’une collision avec un véhicule. Parfois, ils ont lieu sur les voies réservées aux cyclistes. «Une piste cyclable n’est pas un circuit de F1!», souligne le spécialiste. En effet, la vitesse est y limitée à 30 km/h et même parfois à 20km/h à certains endroits. Ceux qui pédalent plus vite doivent donc circuler sur la route…

Cycles Campus
3901, rue Wellington – Verdun
514 766-2900

Partagez cette page