L’Asie à la conquête du sucré

13 octobre 2016 0h00 · Satori Sushi Bar

Il est rare que les restaurants asiatiques mettent le paquet sur leur carte de desserts. On y propose souvent de la crème glacée noix de coco ou une coupelle de litchis et ananas en tranches… Pourtant, c’est le petit plaisir que s’offrent les plus gourmands, même s’ils ont le ventre plein. Le groupe Satori a donc décidé de faire confiance à un chef pâtissier pour surprendre sa clientèle.

«Les restaurants asiatiques ne sont pas vraiment réputés pour leurs desserts car on n’a pas la même culture du sucré qu’en Occident», avoue sans aucun complexe Linda Cheng, vice-présidente du groupe Satori qui détient trois établissements dont le Satori Sushi Bar à Saint-Jean-sur-Richelieu. Alors pour y remédier, le groupe a décidé d’engager un chef pâtissier et maître chocolatier: Mustapha El Misbahy. C’est lui qui créé les desserts proposés dans les établissements du groupe.

«Nous avons transféré le concept du sushi salé au sucré en gardant le même aspect, explique Linda Cheng. Nous utilisons du tempura au chocolat pour le croquant, cela rappelle le tempura. La texture des fraises évoque celle du poisson cru, et le chef utilise des feuilles de soya plutôt que de nori; leur goût neutre permet de créations culinaires sucrées. Elles sont utilisées uniquement pour emballer et rouler le dessert comme un sushi. Et puis il y a du riz…»

Allier produits asiatiques et délices occidentaux

Mais le sushi sucré existe dans d’autres restaurants, il ne s’agit pas là d’une création propre au Satori Sushi Bar. L’autre dessert typique des restaurants asiatiques se compose d’une banane enveloppée dans une pâte de tempura qui est flambée dans un alcool, servie avec du miel et de la crème glacée.

Le vrai défi pour ces enseignes est de réussir à allier avec gourmandise les produits asiatiques avec les délices occidentaux. «Le cheescake au taro que nous proposons en est un parfait exemple», indique Linda Cheng. Ce tubercule marron est très peu utilisé en dehors de l’Asie: «Le goût du taro est un peu un mélange entre celui de la patate douce et de la noix de coco. On le râpe pour le servir sur notre cheescake».

Pour aller plus loin, Mustapha El Misbahy devrait bientôt se pencher sur la création de desserts à base de fèves. De quoi surprendre les futurs clients. L’audace du pâtissier a en tout cas déjà payé, puisque son brownie aux fruits de la passion et au gingembre servi avec une chantilly à la vanille fait partie des 15 desserts finalistes de Montréal à table

Satori Sushi Bar
290, boulevard Saint-Luc – Saint-Jean-sur-le-Richelieu
450 348-0667
satorisushibar.com

Réservez
Partagez cette page