Le Village et ses restos se transforment

15 août 2017 0h00 · Saloon Bistro

Alors que la Fierté gaie est célébrée en ce moment à Montréal, les bars et restaurants du Village sont en pleine ébullition. Sortir en étant gai n’a pourtant pas toujours été facile… La communauté se souvient encore des nombreuses arrestations qui l’ont frappée dans les années 70 à 90.

En octobre 1977, par exemple, des policiers débarquaient au bar gai TruXX et arrêtaient 150 personnes, parfois brutalement. Aujourd’hui, la communauté LGBTQ demande des excuses publiques de la part de la Ville de Montréal et du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Situé au 1333 de la rue Sainte-Catherine, le Saloon Bistro Bar n’aurait jamais été frappé par ces rafles, d’après Philip Demers, le propriétaire de l’établissement. Il témoigne d’ailleurs de l’évolution des mentalités et du changement de type de clientèle qui passe sa porte:

«Depuis une dizaine d’années, la clientèle a beaucoup évolué. Avec tous les changements qu’a connus le Village, sa vocation, sa remise en question, sa pertinence, son positionnement et finalement sa restructuration… Le Saloon a dû suivre toutes ces étapes afin de non seulement rester en affaire, mais aussi garder sa place dans un monde où la compétition est omniprésente! Même si la clientèle gaie a déserté le Village durant quelques années, le Saloon est toujours resté un repère pour eux, tout en devenant une destination pour la clientèle hétérosexuelle.»

Ce mélange serait facilité par l’évolution des mœurs. «Montréal est sans aucun doute une ville très ouverte à l’égard de la communauté, même si cela peut dépendre des quartiers. La tolérance est souvent un indice de l’éducation ou de connaissance de la communauté LGBTQ», poursuit le propriétaire.

La Fierté qui se célèbre jusqu’au 20 août est d’ailleurs l’occasion pour les restaurateurs du Village de proposer des soirées spéciales. Une aubaine pour eux, comme l’atteste Philip Demers: «D’année en année, les évènements et l’organisation prennent de l’ampleur, ce qui se traduit par une augmentation constante de l’achalandage».

Son établissement a sauté sur l’occasion pour inviter un DJ de Los Angles: «Dj Shane Stiel, très connu de la scène gaie internationale, fera le 4 à 7 après le défilé du dimanche!»

Partagez cette page