Les Laurentides : prochaine destination gourmande

6 mai 2016 0h00 · Saint-Sau

Lorsque Hugues Néron a démarré le Saint-Sau Pub Gourmand en mars 2013, il a demandé à la chef Émilie Rizzetto — révélée par l’émission Les Chefs ! – de prendre les commandes de sa cuisine, dans les Laurentides. Depuis, Mélissa Dagenais a quitté Laval pour reprendre le flambeau. « C’est le plus au Nord qu’elle ait jamais travaillé! », blague le propriétaire.

Ce qui les a attirées ? Une nature généreuse complémentée par une offre de villégiature alléchante. À Saint-Sauveur seulement, Hugues dénombre 80 restaurants, « dont plusieurs indépendants à l’offre solide ». Cela représente 1 resto pour 112 habitants, là où le marché montréalais est considéré comme saturé avec 1 resto pour 235 habitants. Compétitive, la scène culinaire laurentienne ? « Heureusement, il y a l’École Hôtelière des Laurentides à Saint-Adèle, à 10km de chez nous », souligne Hugues.

La région offre aussi de beaux produits locaux, au point d’avoir suscité en 2010 le lancement du Chemin du Terroir des Laurentides, un trajet de 226 km mettant en valeur ses trésors gourmands. À chaque saison, Hugues s’efforce lui aussi de les mettre en valeur lorsque l’accès et les prix le permettent… ce qui n’est pas toujours le cas.

« Trouver ce qui nous définit »

La directrice de Tourisme Laurentides, Diane Leblond, admet volontiers que la livraison des produits frais et périssables aux restaurateurs demeure un enjeu régional : « On a toujours eu de bonnes tables et des précurseurs comme Anne Desjardins dans l’utilisation des produits locaux. Ça s’est fait assez naturellement. Un comité sur le développement du tourisme gourmand dans les Laurentides commence à se pencher sur l’élaboration d’une véritable stratégie. Pas juste de la promotion, mais aussi l’organisation du produit ».

Pour Andrée Cloutier, directrice de l’École Hôtelière, « il y a un questionnement à réaliser pour assoir nos valeurs et notre identité. Olivier Tali, chef du Cheval de Jade et ardent défenseur du terroir laurentien, nomme l’épinette noire, les fruits rouges, le gibier… On doit trouver ce qui nous définit ! ».

Pour sa part Hugues Néron envisage le futur de son pub gourmand et de sa région avec optimisme. Fanatique de ski, résidant à 8km de son lieu de travail, il y trouve la qualité de vie qui lui donne de l’élan dans sa carrière de restaurateur.

Le Saint-Sau Pub Gourmand

236, rue Principale – Saint-Sauveur

450 227-0218

Partagez cette page