Contre la monotonie, un carrousel de bières

21 octobre 2016 0h00 · Saint-Houblon

En deux ans, le Saint-Houblon a réussi à ouvrir deux établissements à Montréal, et au lieu d’en lancer un troisième, ses propriétaires ont décidé d’acheter une petite ferme pour y faire pousser certains de leurs produits utilisés en cuisine. Si la bouffe est importante, la bière y tient une place prépondérante… Tellement qu’ils ont décidé d’organiser leur système de service en fût de manière plutôt originale.

Situés près de l’Udem pour l’un, près de l’Uqam pour l’autre, les deux resto-bars peuvent se vanter de proposer un large choix de bières artisanales du Québec. Il faut dire que la province regorge de professionnels du houblon. «De manière générale, nous voulons valoriser les produits du Québec. C’est une niche à exploiter et c’est aussi le moyen de montrer que nous sommes fiers de notre province», explique Alexandre Verville, l’un des cofondateurs.

Le Saint-Houblon propose plus d’une vingtaine de bières québécoises de toutes les gammes, pour tous les portefeuilles et pour tous les goûts: des blondes, des rousses, des IPA, certaines à 5$ et d’autres à 12$… Parmi ces mousses, il y en a des brasseurs Illimités, de la brasserie Bilboquet, Dunham, Glutenberg ou encore des Trois Mousquetaires.

Des mélanges intéressants

Pour créer de la variété d’un soir à l’autre, les propriétaires ont décidé d’opter pour une rotation des fûts. «Dans la majorité des bars et restaurants, les lignes de bières sont fixes à l’année. Nous avons plutôt décidé de faire une rotation quotidienne sur nos 24 lignes. Lorsqu’un fût se vide, plutôt que de le remplacer par un fût semblable, nous en connectons un nouveau complètement différent», indique Alexandre.

Des mélanges se font inévitablement lors du changement de fût. Pas de quoi déstabiliser les gérants, qui ont décidé de s’adapter: «On propose des pichets mystère à 10$. Il y a alors environ 70% de la nouvelle bière et 30% de l’ancienne. Ça créé des mélange intéressants…»

Mais attention, il ne faut pas non plus mélanger n’importe quoi. Un tuyau branché sur une lager ne sera pas ensuite branché sur une ale, ou celui d’une stout sur une blonde. «On essaye de garder une certaine logique», poursuit le cofondateur. Pour que surtout, le client ne soit jamais tanné de venir!

Saint-Houblon
1567, rue St-Denis – Montréal
438 386-7271

5414, avenue Gatineau – Montréal
514 731-3666

www.sainthoublon.com

Partagez cette page