Première Moisson

La bûche de Noël, entre tradition et modernité

20 novembre 2017 0h00 · Première Moisson

Les spécialités incontournables des fêtes ont souvent une histoire fascinante. Saviez-vous par exemple qu’avant de couronner de bons repas au cours du mois de décembre, la bûche de Noël était à l’origine un tronc de bois qu’on faisait brûler pendant plusieurs jours afin de garantir de bonnes cultures l’année suivante? Une tradition que les chrétiens ont par la suite intégrée en faisant brûler dans la cheminée une grosse bûche bénie la veille de Noël.

De l’âtre à l’assiette

La bûche telle que nous la connaissons aujourd’hui n’est apparue que bien plus tard, lors de la disparition des grands âtres dans les maisons. Les gâteaux de Noël ont peu à peu cédé leur place à la création d’un pâtissier parisien qui aurait, en 1890, confectionné la génoise nappée de crème au beurre puis roulée que nous affectionnons tant… mais que nous n’avons vraiment découverte au Québec qu’après la Seconde Guerre mondiale!

Que de chemin parcouru depuis par ce dessert des Fêtes, qui a connu une grande transformation depuis une vingtaine d’années, comme le souligne Manon Kirouac, directrice des communications de Première Moisson. « Lorsque nous avons greffé un volet pâtisserie à nos boulangeries, nous ne produisions que la version traditionnelle de la bûche. Mais au fil des années, nous avons suivi les tendances et les innovations technologiques. Cela nous a permis de désucrer nos recettes et de diversifier la texture, les saveurs et la présentation de ce produit. »

Un vrai terrain de jeu

Lorsqu’on regarde effectivement la belle bûche signature que crée chaque année Première Moisson à l’occasion des Fêtes, on est loin du simple gâteau roulé qui dominait le marché auparavant. « Nous voulions concevoir un produit plus haut-de-gamme et qui aurait du sens, raconte Manon Kirouac. Tout est parti d’une rencontre en 2010 entre Josée Fiset et le designer Jean-Claude Poitras. Nous avons créé cette année-là une première bûche spéciale basée sur ses souvenirs de voyages et d’enfance, ornée d’un corset. »

Le succès de cette nouvelle vision de la bûche a été immédiat, ce qui a convaincu Première Moisson de la renouveler et d’y insuffler l’esprit de Noël en reversant chaque année une partie de la vente de ces produits à une association. Un véritable terreau créatif, qui a permis à la société de réaliser de petites merveilles comme la bûche aux saveurs exotiques et au masque en chocolat en hommage aux 30 ans du Cirque du soleil en 2014, ou encore celle inspirée d’une scène de l’Opéra de Montréal en 2015.

La bûche millésime 2017

Cette année, ce seront les Canadiens de Montréal et leur Fondation pour l’enfance, encourageant l’activité physique et l’adoption de saines habitudes de vie chez les jeunes défavorisés de 4 à 17 ans, qui seront à l’honneur chez Première Moisson. Le maître-pâtissier Patrick Montreuil a créé une bûche signature qui ressemble à une patinoire et dont la composition fait saliver : deux étages de biscuit viennois chocolaté parsemés d’éclats de chocolat pure origine, d’une compotée de bleuets et d’une ganache montée au chocolat blanc aromatisé au mélilot, une essence québécoise apparentée à la vanille; le tout recouvert d’un glaçage lisse et blanc comme la glace. Le gâteau est surmonté de rondelles de biscuit viennois à l’érable, au mascarpone et à la framboise, de petits bâtons de hockey en chocolat et de choux au crumble garnis d’un crémeux aux fruits rouges. Prometteur!

Cette bûche signature sera disponible en magasin à compter du 27 novembre prochain, tout comme le reste de la gamme des Fêtes de Première Moisson, qui elle aussi fait la part belle à la tradition comme à la modernité. On y retrouve en effet deux bûches traditionnelles à la crème au beurre, l’une au chocolat et au praliné. La troisième est constituée d’un biscuit moelleux pacanes et d’une mousse choco-caramel. La quatrième est une version de Noël du gâteau Forêt noire, et la cinquième bûche, qui marie les fraises, la rhubarbe et le yogourt, pourra même convenir aux personnes intolérantes au gluten.

Mais si vous voulez vous régaler de la bûche de votre choix, soyez prévoyant. « Notre bûche signature est en quantité limitée, et certains produits de notre gamme ne seront peut-être plus disponibles le 24 décembre, confirme Manon Kirouac. Il est donc recommandé de commander sa bûche le plus tôt possible. » Invitation lancée!

Partagez cette page