La pizza montréalaise… sous toutes ses formes

29 mai 2015 0h00 · Le Roméo

romeo-04

Une partie de hockey, une caisse de 24, des chums et une pizza extra-large au pepperoni. C’est quelque chose de très québécois! La fameuse pizza si chère aux Québécois a des origines relativement effacées, mais très spécifiques. Quel est l’état de la pizza à Montréal?

«Pizzas à croûte plus épaisse, plus grasse, les pizzas de livraison, les pizzas all-dressed… ce sont des pizzas qui ont marqué mon enfance, explique François Sacchetti, proprio de la Pizzeria Romeo sur l’Avenue Mont-Royal Est. Pour nous faire plaisir, mes parents commandaient de la pizza all-dressed avec la boule de pain au milieu et la croûte bien grasse!»

Après avoir dominé le paysage montréalais depuis tant d’années, ce type de pizza s’efface un peu dernièrement, pour laisser place à une pizza plus raffinée et plus proche de ses racines italiennes.

D’où vient-elle?

Quelle est l’origine de cette pizza qui est si populaire ici au Québec? C’est en fait une légère variation sur la pizza grecque américaine.

Dans la région de Boston, ce qu’on appelle une «Greek Pizza» est une pizza à croûte épaisse où une huile d’olive vierge (à l’opposé d’une huile extra-vierge) est utilisée pour graisser les tôles, ainsi que comme ingrédient sur la pizza. Elle est appelée ainsi parce qu’il s’agit de la pizza qui est servie dans les restaurants appartenant à des propriétaires grecs. C’est, ni plus ni moins, une version gréco-américaine de la pizza.

Renouveau

Il fut un temps où il était impossible de trouver autre chose que cette pizza montréalogrecque, mais après une domination sans conteste durant des années, elle laisse finalement un peu de place à d’autres variations.

«La pizza est en train de prendre le contrôle de Montréal!», s’exclame sans retenue M. Sacchetti. Chez Romeo, la pizza est une fusion de plusieurs goûts. «Nous, ce qu’on fait, c’est un bon mix entre la version nord-américaine et italienne. Par exemple, nous utilisons un four à convection et nous avons une pâte au levain. Les ingrédients qu’on utilise font référence à l’Italie, mais ce n’est pas de la pizza napolitaine.»

Malgré tout, cette pizza si montréalaise reste importante dans le cœur des Québécois.

«Je me fais appeler par des clients, et on sent qu’ils ne sont pas du quartier, qui nous demandent si on a des pizzas conventionnelles, raconte M. Sacchetti. Souvent, les gens peuvent être déstabilisés par le style de pizza qu’on offre. Ils sont surtout habitués aux pizzas à la grecque, qui sont absolument délicieuses et que j’adore me faire commander durant une partie de hockey entre chums…»

La rivalité entre Montréal et New York au sujet des bagels peut donc être comparée à la situation de la pizza: qui est la meilleure entre la «New England Greek Pizza» et la pizza de Montréal? C’est peut-être un débat pour une autre fois!

Partagez cette page