Vie de terrasse

22 juin 2016 0h00 · Le Local

Été et terrasse ne riment peut-être pas, mais ils sont devenus synonymes à Montréal, qui se distingue par son offre éclatée. En hauteur, sur rue, en cour intérieur, les clients ont l’embarras du choix. Pendant qu’ils se la coulent douce, sirotant une bière artisanale ou une énième variation sur le thème du tartare, le monde de la restauration augmente la cadence pour la belle saison.

Responsable des événements et du marketing au restaurant Le Local, Mathieu Guindon est conscient que «sa terrasse» est un élément important de son business estival: «Au printemps, Boris, le maître d’hôtel, et moi on s’assoit comme si on était des clients et on observe. Il manque un arbre ici, ça prendrait "quelque chose là"…»

En avril, il avoue avoir eu un coup de déprime devant le mur de briques de l’immeuble patrimonial adjacent, couvert de vignes sans bourgeons, et la longue liste d’achats – terre, roches, paillis, vivaces – pour repartir la terrasse. Mais le pouce vert de Boris et la température plus clémente n’ont pas tardé pas à réinsuffler vie et charme à l’espace.

Terrasse couverte et chauffée

Mathieu jongle depuis avec tous les autres morceaux du casse-tête. S’il fait très beau, une terrasse bondée se traduit par une fermeture ultra-tardive qui essouffle les serveurs. S’il pleut, la terrasse est moins pleine et les serveurs ne font pas d’argent… Pour pallier la grogne, il a instauré un horaire «quatre soirs et un midi», où tous les employés, peu importe leur ancienneté, sont appelés à servir aussi bien en salle qu’en terrasse.

«Au Local, notre gros plus, c’est que notre terrasse est couverte et chauffée, donc même si le soleil tape ou s’il pleut l’espace demeure confortable.» Sauf que. Cette année, avec la construction du 21e arrondissement, l’équipe doit aussi gérer avec plus de bruit et de poussière. «Les tables sont montées avec la verrerie une fois les clients assis, et on joue sur le volume du système de son pour créer une belle ambiance, quelque chose d’enrobant pour faire oublier la ville de l’autre côté des haies de cèdres…»

Une fois l’équipe et l’espace sous contrôle, Mathieu se concentre sur les clients. «Nous avons décidé d’accepter les réservations pour la terrasse, ce qui est rare. Mais si tu as réservé et que je suis plein partout, il y aura beau pleuvoir, tu vas devoir manger dehors!»

Avec deux ou trois accidents de casse par semaine, les guêpes qui sortent en août et les milliers de pas additionnels pour vous servir mayo et ketchup avec vos frites, les restaurateurs et le personnel de service relèvent bien des défis pour offrir une bonne expérience en terrasse… Cet été, buvez à leur santé!

Le Local

740, rue William – Montréal

514 397-7737

http://lelocal.ca/

Texte: Héloïse Leclerc

Partagez cette page