La gastronomie sympathique

29 août 2016 0h00 · L'Affaire est Ketchup!

Fine gastronomie ne veut pas forcément dire cher et guindé. En entrant au restaurant L’Affaire est Ketchup par exemple, dans le quartier Saint-Roch à Québec, on croit avoir été invité au party d’un ami d’université. Chaises dépareillées, décoration éclectique, piles de livres et objets entassés sur la cheminée, cuisine ouverte arborant fièrement son poêle des années 1980: on est bel et bien dans un appartement du Saint-Roch d’avant, mais où est préparée de la fine cuisine à prix abordable.

«Notre choix est de servir d’excellents produits et de garder ça à un prix raisonnable. On utilise les mêmes fournisseurs que le Panache ou le Saint-Amour», explique François Jobin, l’un des deux fondateurs de L’Affaire, faisant référence à deux grands restaurants de la capitale. Au menu: des produits du terroir selon les arrivages et des vins d’importation privée. «Le produit est magnifique alors on essaie de le mettre en valeur. On peut le vendre à bas prix parce qu’on ne paye pas cher de loyer et qu’on n’a pas investi énormément dans le décor.»

En fait, tous les éléments de ce décor sympathique ont été fournis… par des clients! «Les gens reviennent de voyage avec des objets en disant qu’ils ont pensé à nous, et puis on les accroche. Des fois on se les fait voler, des fois on en reçoit plus. Donc le décor change chaque année!», raconte François en riant. Il ne s’agit pas d’une tendance, ni nécessairement d’un choix esthétique. «Ça fait vraiment partie de notre personnalité.» Dans cet espace qui devient familier, les plus habitués ont même droit à leurs demandes spéciales et influencent le menu de la semaine suivante. À L’Affaire est Ketchup, la discussion s’entame aussi bien avec le cuisinier qu’avec le serveur.  

Une famille élargie

Les deux petits frères de L’Affaire, Patente et Machin et Kraken Kru, ouverts en 2012 et 2015, respectent également cet état d’esprit. Chez Patente et Machin, le menu est divisé en «patentes» et «petites patentes», «machins» et «petits machins», où sont aussi servis des plats gastronomiques dans une ambiance décontractée. Le Kraken Kru propose quant à lui huîtres et produits de la mer.

Plutôt que d’agrandir L’Affaire est Ketchup, qui ne peut accueillir qu’une vingtaine de personnes, les deux propriétaires ont préféré conserver le caractère sympathique des petits locaux en multipliant les lieux, avec une trentaine de places tout au plus pour la Patente. Si l’appartement de L’Affaire est bondé, il y a possibilité de continuer la fête un peu plus loin dans le même quartier.

Et depuis 2015, La Cabane de L’Affaire est Ketchup a vu le jour. Là-bas s’organisent trois événements annuels, au parc du Bois-de-Coulonge près des Plaines d’Abraham: le repas de Noël, le temps des sucres et celui des pommes. Comme repas principal de ce temps des pommes, qui aura lieu fin septembre à raison de trois fins de semaine, un agencement classique: assiette de cochonnailles avec garnitures de pommes, le tout couronné, bien sûr, d’un dessert aux pommes.  

Toujours dans la même ambiance chaleureuse, les clients prennent part à une grande tablée et les groupes se mêlent les uns aux autres. «Les gens sont tout le temps un peu gênés au début, puis après la première entrée c’est parti, ils jasent entre eux et font de belles rencontres», explique François. De l’appartement à la maison du fermier du Bois-de-Coulonge, l’essence de L’Affaire ets Ketchup se poursuit. Sous le couvert de l’automne magnifique, l’impression de se retrouver en campagne à quelques minutes du centre-ville réconforte et rappelle les soirées familiales d’antan, simples et chaleureuses, mais avec une vraie touche gastronomique en plus.

L’Affaire est Ketchup
46, rue Saint-Joseph Est – Québec
418 529-9020

Partagez cette page