La Champagnerie fait pétiller le cocktail

28 février 2017 0h00 · La Champagnerie

En se présentant comme le « premier bar à sabrage de Montréal et d’Amérique du Nord », la Champagnerie plante le décor : au pays de la bière, l’établissement du Vieux-Montréal a réussi à s’imposer comme une référence pour le champagne et les vins mousseux. Mais ce bar-restaurant ne se limite pas à cela. Sur la carte, au cœur d’une vaste offre de vins effervescents, s’invitent aussi quelques compositions maison. Et, Champagnerie oblige, ici les cocktails pétillent…

« La mission est de démocratiser les bulles, d’instruire la clientèle et d’éduquer sur l’art du sabrage. Comme on a aussi une expertise de base en mixologie, on l’a combinée avec les bulles et l’offre a été articulée autour de ça », explique Margot Guenel, coordonnatrice des opérations. « Ça va avec le concept. On est vraiment un bar à champagne, on prépare donc des cocktails avec cette base et les gens en raffolent », confirme Antoine Foata, gérant de l’établissement et ancien chef du bar.

Les clients ont le choix entre une dizaine de cocktails – mais aussi quelques mocktails pour ceux qui ne boivent pas d’alcool – et peuvent sélectionner une version à bulles à 13$ ou le royal avec champagne à 21$. « C’est pour tous les budgets, mais c’est aussi parce qu’il y en a qui veulent vraiment aller sur du champagne et d’autres qui refusent de mélanger. Notre carte est faite pour plaire à tout le monde. Honnêtement, dans les cocktails ça ne fait pas une grande différence, donc je conseille le mousseux », avoue Antoine.

Cocktails spéciaux à déguster

L’effervescence est au cœur du menu à la Champagnerie, mais l’établissement propose aussi un cocktail du mois, souvent sans bulles, pour laisser libre cours à l’imagination de l’équipe. « On essaye de trouver un thème. Par exemple, pour mai, on sera au printemps donc on va préparer quelque chose de très floral. Chacun est impliqué, on essaye de varier et tout le monde collabore. On le fait goûter, on se consulte et on en vient à créer le cocktail final », raconte Charlotte Chevalier, la nouvelle cheffe de bar.

En plus de ce spécial mensuel, les jeudis, durant les soirées bar à cru de la Champagnerie, la cuisine se mélange avec le bar pour proposer un cocktail « bloody, cochon et décadent ». « La cuisine propose, mais on communique toujours, détaille Charlotte. Parfois ça devient n’importe quoi. Le chef a complètement craqué l’autre jour : il a mis des pattes de crabe, des oursins, des pétoncles, des crevettes, des palourdes… Ça tape un peu dans les esprits et c’est wow ! »

Créativité libérée

Pour stimuler cet esprit aventureux et la recherche de saveurs originales, les mixologues de la Champagnerie animent aussi des ateliers de création de cocktails pour les groupes. « On est là pour les guider, on propose les ingrédients pour les aider à composer librement. On conseille pour éviter qu’ils assemblent des choses qui ne vont pas ensemble », indique Charlotte Chevalier. « Personne d’autre n’a le même drink. C’est ludique et ça créé une proximité : le client n’est plus un parmi d’autres, il échange avec l’établissement », ajoute Margot Guenel.

L’univers culinaire et la créativité de la ville ne sont pas étrangers à ces offres originales développées par la Champagnerie. « Il y a cet élan à Montréal. Ce n’est pas pour suivre la vague, mais il y a tellement de choses qui se font qu’on a aussi envie d’essayer », reconnaît Margot. « On est vraiment très libres, on a carte blanche et ça permet de progresser. C’est ce qui est amusant pour nous. Être limité serait ennuyant », s’enthousiasme Charlotte.

Pour ne pas tomber dans la monotonie et laisser encore plus parler sa créativité, le bar à sabrage va transformer sa carte des cocktails le mois prochain. Quelques classiques vont rester, mais la Champagnerie promet de nouvelles compositions pétillantes, des grands noms revisités et des cocktails signature, avec ou sans bulles.

La Champagnerie
343, rue Saint-Paul Est – Montréal
514 903-9343
www.lachampagnerie.ca

Partagez cette page