Quelques accords mets et bières improvisés à L.A.Cervoise

15 décembre 2014 0h00 · Bistro L.A. Cervoise

bistro-la-cervoise-01-614x410.jpg

La grosse symphonie. Dans le buccal du terme. La dernière fois que ça m’est arrivé, c’est à L.A. Cervoise.

J’aime m’improviser chef d’orchestre lorsque je me rends dans un restaurant. Je regarde la carte des bières. Puis le menu. Puis la carte des bières, encore une fois. Mes yeux se croisent et se décroisent, comme pour tisser des liens qui n’existent pas encore, entre mes papilles et mes méninges. Et je salive. Et ma copine me rappelle à l’ordre. Nous sommes dans un restaurant après tout. Baver en public, c’est moyen.

La grosse symphonie, disais-je, c’est à L.A. Cervoise que je l’ai laissé m’emporter, comme un take out, mais sur place. Je me suis inventé des accords mets et bières en me disant que je n’avais rien à perdre (surtout pas du poids). De coutume, on demande au serveur (ou à la serveuse, si c’est une serveuse) de nous suggérer une bière ou un vin pour épouser ce qu’on mange. Mais moi, puisque j’ai la prétention de connaître ma bagosse, j’ai voulu matcher mon menu en solo, comme un grand. Gérant de banquette!

Modus operandi : Je choisis ma bière, je prends une gorgée et je commande le plat qui me semble le plus approprié pour accompagner mes gorgées subséquentes. Deux services (je n’avais plus faim rendu au dessert), deux bières.

Entrée – Poutine au fromage bleu Ermite et gibier braisé C’est la Sang d’Encre du Trou du Diable qui a convolé en justes noces avec ma poutine. Il s’agit d’une bière noire légèrement cendrée, qui souligne le bleu de la poutine sans le contrarier. C’est un accord complémentaire qui met la délicatesse de la sauce en valeur, sans déplaire à la belle Julienne (la frite).

Plat principal – Tartare de saumon aux pistaches Dans l’esprit d’un sushi, c’est la Chi de Brasseur du Montréal, une bière au gingembre, qui m’a donné envie de manger du tartare. Ici, l’accord est un réel agace-papilles. La bière appelle le saumon et le saumon nous invite à prendre une autre lampée. C’est successif et effréné. Pour clore, les pistaches ajoutent du croustillant à la conversation.

Consultez le menu bières (et autres alcools) du restaurant

Consultez le menu bouffe

À partir de ces deux liens, vous avez le loisir d’imaginer vos propres accords.  Vous pouvez aussi vous rendre à L.A. Cervoise, carrément, pour vous laisser spontanément inspirer par les circonstances. Prenez siège, commandez une bière et laissez le menu vous faire des avances. J’ai essayé… et ça le fait!

Partagez cette page