La Rochdale, bière coopérative

1 mai 2015 0h00 · Microbrasserie La Barberie

cruchon_n-614x460.jpg

Au Québec, un peu plus d’une dizaine de microbrasseries sont aujourd’hui en activité avec pour modèle la coopérative de travailleurs. Si certaines ont surtout adopté cette forme juridique pour faciliter le financement fort coûteux associé au démarrage de ce type d’entreprise, d’autres l’ont fait par adhésion aux valeurs coopératives telles que la collaboration, la gouvernance participative, l’équité, l’ancrage dans les milieux de vie et le développement durable.

La doyenne – et certainement la plus connue d’entre toutes – est sans conteste La Barberie, fondée en 1997 dans St-Roch.  Désirant pousser la logique « coopérative » au maximum, elle s’est associée avec trois autres microbrasseries – Le Temps d’une Pinte (Trois-Rivières), À la Fût (Saint-Tite) et la Microbrasserie de Bellechasse (Buckland) – pour former un regroupement informel, la Table des microbrasseries coopératives.

Plus de 90% du marché de la bière étant détenu par les grands brasseurs commerciaux, les « petits » peinent à faire voir et valoir leur production. Dans cette échauffourée digne de David contre Goliath, selon Jessica Provencher, responsable de la vie coopérative et du développement durable à la Barberie, l’idée de créer un lieu de partage d’expertise, tant sur le plan brassicole et marketing que sur le plan de la gouvernance, tombait sous le sens.

Les quatre microbrasseries ont vite convenu qu’elles voulaient développer une image de marque commune, de manière à sensibiliser les consommateurs désirant soutenir leurs valeurs. L’idée de brasser une bière conjointement n’a pas tardé à émerger et c’est ainsi qu’est née la Rochdale, un hommage aux pionniers de cette ville d’Angleterre, instigateurs du mouvement des coopératives de travail. « Cette mild, une bière « session » faible en alcool avec seulement 3,5%, aurait pu convenir à la classe ouvrière de l’époque », explique Jessica.

Lancée officiellement début octobre à Québec dans le cadre du Sommet international des coopératives, la Rochdale est encore brassée par trois des quatre membres de la Table, qui cogite à propos du futur. « On aimerait bien que la Rochdale devienne un emblème des coopératives et qu’elle soit versée lors de grands événements du mouvement coopératif! »

La Table caresse aussi d’autres projets, comme la création d’une « Route des bières coopératives » ou d’autres objets promotionnels qui encourageront les consommateurs à appuyer la production issue des coopératives brassicoles.

 

Texte: Héloïse Leclerc

Partagez cette page