L’Échaudé fait peau neuve

11 novembre 2016 0h00 · L’Échaudé

Si vous gravitez autour du domaine de la restauration, sans doute avez-vous déjà entendu qu’un restaurant «devrait» refaire son décor tous les 3 à 5 ans, histoire de maintenir l’intérêt de la clientèle. Lise Maheux n’est pas de cet avis; la designer commerciale et propriétaire de Machin Chouette, rue Saint-Paul à Québec, croit plutôt qu’il s’agit d’une question d’approche.

«Si un designer travaille avec tous les clichés à la mode, c’est clair que ça va demander un rafraîchissement plus hâtif. Pour ma part, j’aborde le design commercial comme une publicité: chaque resto doit donner une image particulière dans le respect des fonctionnalités.» C’est avec cette approche en tête qu’elle a accepté d’œuvrer pour l’Échaudé, un quasi-voisin qui est aussi une véritable institution dans le secteur du Vieux-Port.

«Avec l’achat en octobre 2015, je savais qu’il faudrait faire une transformation pour s’approprier l’espace et qu’il nous ressemble, explique Jean-François Girard, chef et copropriétaire de l’établissement. Mais ce qu’on voulait, c’était un « refresh », pas un « extreme makeover ».» Lise avoue avoir mis en garde les nouveaux propriétaires de la tentation d’imposer des changements trop radicaux à la clientèle.

Assurer une continuité

Rapidement, les priorités d’intervention ont été ciblées, comme l’installation de banquettes en velours «bleu Échaudé» décorées de coussins-accents revalorisant le fond de la salle, de tables rondes pouvant assoir de manière conviviale les groupes de 4 personnes et le remplacement du buffet qui occupait le milieu de la salle par des paravents en acajou qui permettent de mieux diviser l’espace.

Le projet, longuement mûri, s’est déroulé sur plusieurs mois, ce qui a permis à la fois une réflexion plus profonde sur ce que l’Échaudé désirait mettre de l’avant et la mise en œuvre d’idées de design plus complexes, comme les paravents que Lise a elle-même dessinés et qui ont été fabriqués par son ébéniste. Les travaux ont été terminés début novembre.

«La dernière transformation remontait à 15-20 ans, remarque Jean-François. À l’époque, les propriétaires avaient décidé d’enlever le carrelage noir et blanc pour incorporer le plancher naturel. Il a un esprit, comme une aura dans ce local, et c’est ce qu’on voulait absolument garder. On a accueilli nos premiers habitués dans le nouveau décor et ils n’ont pas remarqué les changements d’eux-mêmes. À mon avis, ça veut dire qu’on a réussi à assurer la continuité, tout en amenant plus de confort et en améliorant l’expérience client.»

L’Échaudé attend encore la livraison de quelques luminaires et démarche pour faire l’acquisition d’un cadre «punché» qui servira d’ardoise, le dernier élément qui viendra concrétiser la vision des nouveaux propriétaires: un bistro français chaleureux à l’élégance intemporelle.

L’Échaudé
73, rue du Sault-au-Matelot – Québec
418 692-1299
www.echaude.com

Partagez cette page