Sans gluten, sans désavantages!

10 septembre 2015 0h00 · Dépôt organique

Le débat fait rage depuis plusieurs mois maintenant: est-ce que manger "sans gluten" est une manie passagère ou s’il s’agit d’une manière pour certains d’être plus en santé?

Une chose est certaine, le marché du sans gluten est en pleine croissance.

Khal Hak, propriétaire du Dépôt organique, sur la rue Bélanger à Montréal, affirme qu’il y a plusieurs degrés à cette mode. Selon M. Hak, questionner les choix des gens en ce qui a trait à leur santé est un peu absurde. "Les gens sont bien éduqués sur l’alimentation. Il y a toutes sortes de sources d’information, entre autres sur internet. Les gens sont conscients, ils savent à quoi s’attendre. Quand on parle de sans-gluten, les gens savent ce que ça signifie."

Si les gens avaient une certaine aversion pour les produits sans gluten par le passé, c’est qu’il y avait quelque chose pour les renfrogner. "Si on regarde les produits sans gluten d’il y a cinq, sept ans… ça ne goûtait pas bon. Ça goûtait le carton! Mais aujourd’hui, les produits sont bons. Au goût, il n’y a plus de différence entre manger sans gluten ou manger des produits conventionnels."

Ceci signifie, selon lui, qu’il n’y a donc plus de désavantages à manger sans gluten. Tous peuvent y trouver leur compte. "Dans tous les cas, qu’on doive manger sans gluten ou pas, une chose est certaine, ça ne va pas maganer notre santé! Quelqu’un qui n’a pas de conditions face au gluten peut très bien manger sans gluten. C’est tant mieux pour tous."

Toujours selon M. Hak, les écoles devraient d’ailleurs prendre les devants et offrir seulement de la nourriture sans gluten aux étudiants. "Je pense que c’est ce qui s’en vient dans les écoles, bientôt, dit-il. Ça devrait être sans-gluten, pour les enfants. Quel est le désavantage?"

Puisque les céliaques doivent évidemment manger sans gluten uniquement, le Dépôt organique, qui se spécialise également en produits biologiques et sans organismes génétiquement modifiés, s’enorgueillit d’avoir tout ce qu’il faut – et à petit prix – pour ces gens qui souffrent de cette maladie incomprise, selon M. Hak.

"Manger sans gluten, dans tous les cas, c’est bon pour la santé", conclut-il.

Partagez cette page