Restauration : les secrets de longévité

8 juin 2016 0h00 · Carte Blanche

Au Québec, seuls 15% des restaurants soufflent leur dixième chandelle. Les hypothèses abondent pour expliquer le phénomène, mais si on se concentrait plutôt sur les solutions ? C’est ce que le restaurant indépendant Carte Blanche, situé sur la rue Ontario, en bordure du Village, a choisi de faire. Et c’est avec une fierté bien justifiée que les deux propriétaires, un couple de français, souligne son dixième anniversaire cette année.

Issue du domaine du tourisme, Sylvie Loiseau raconte qu’elle a quitté son emploi un an avant le démarrage de l’entreprise avec son conjoint, le chef André Loiseau, pour se consacrer à la rédaction d’un plan d’affaires. Même s’il est souvent négligé par les futurs restaurateurs, elle estime qu’il s’agit d’une pierre angulaire pour un restaurant : « On voit si quelque chose bloque et on démontre son sérieux aux partenaires financiers ».

Le financement bancaire est notamment difficile à obtenir en restauration – aujourd’hui plus que jamais -, mais Sylvie et André ont réussi à convaincre un banquier à la TD de travailler avec eux. « Trouver les bons partenaires, ceux qui veulent réussir avec vous, est capital. Le banquier, le comptable, les fournisseurs… Une fois qu’on a trouvé les bonnes personnes, il faut être fidèle. »

« Le premier jour, nous n’avons eu aucun client, se souvient la restauratrice. On n’avait pas de contacts dans l’industrie et auprès des médias. Par contre, on avait un peu d’argent de côté et ça nous a permis de prendre notre temps, d’étudier discrètement les clients et de nous ajuster. L’adaptation, c’est la règle numéro un ! »

Travailler sur la fidélisation

Si vous croyez que les restos ferment juste parce qu’ils ne sont pas rentables, détrompez-vous ; selon Sylvie, l’une des plus grande menace est le manque d’adéquation entre les besoins des promoteurs et la configuration du projet. Par exemple, pendant plusieurs années, Carte Blanche était ouvert sept jours sur sept. Au bout d’un moment, les jours et heures d’ouverture ont été restreints pour optimiser l’effort de l’équipe.

D’autres ajustements ont été apportés pour favoriser la conciliation travail-famille, comme le déménagement du bureau administratif dans l’appartement familial. Le plus grand changement, cependant, a été la transformation du resto en « apportez votre vin », une décision longuement mûrie. « La carte des vins était une grande source de soucis. Depuis qu’on a fait la transition, une vaste communauté de clients qui ne fréquente que ce type d’établissements nous a découvert. »

Sylvie souligne aussi l’importance de ne pas négliger les classiques bien exécutés et le service irréprochable : « Il est capital d’être client ailleurs et de se comparer pour offrir la meilleure expérience possible ». Si le succès d’un restaurant est multifactoriel, le pouvoir se trouve entre les mains des clients, d’où l’importance de travailler sur la fidélisation. « Nos clients qui reviennent, on les adore. C’est grâce à eux que nous sommes encore là… »

Carte Blanche

1159, rue Ontario Est – Montréal

514 313-8019

restaurant-carteblanche.com

Texte: Héloïse Leclerc

Partagez cette page